Cérémonie d’Ouverture : Carte blanche à Gaël Morel

À 18 ans, Gaël Morel devient membre d’un jury jeunesse au Festival de Cannes, cette première expérience cinématographique lui a ainsi donné l’envie d’évoluer dans ce monde. Il commence sa carrière, à l’âge de 22 ans, lorsque André Téchiné lui propose de jouer l’un des rôles principaux du film Les Roseaux sauvages (1994). On le verra ensuite en étudiant dans Le Plus Bel Âge et Zonzon (1998).

Il réalise son premier court métrage, La Vie à rebours (1994) mais aussi son premier long métrage, À toute vitesse (1996), présenté à Cannes dans la sélection Cinémas en France. Gaël Morel décide alors de se consacrer essentiellement à sa carrière de réalisateur. Après un téléfilm réalisé pour Arte, Premières Neiges, il part en Algérie tourner son deuxième opus, Les Chemins de l’oued, réflexion sur le trouble identitaire et les troubles politiques. Il dresse avec Le Clan (2004) un état de la condition masculine moderne. Pour son quatrième long métrage, Après lui, un film sur le deuil présenté à la Quinzaine des réalisateurs en 2007, Morel dirige Catherine Deneuve. En 2008, Arte diffuse son second téléfilm, réalisé en 2007, New Wave.

En 2011, il fait jouer Stéphane Rideau dans Notre paradis, film noir dans lequel apparaît Béatrice Dalle qu’il avait fait déjà jouer dans New Wave. En 2017, il dirige Sandrine Bonnaire dans Prendre le large, drame social sur la condition ouvrière lui rappelant le milieu de son père et traitant de la délocalisation.

Tout au long de sa carrière, Gaël Morel a délivré un cinéma social, abordant des sujets marquants et poussant à la réflexion. Sa présence au festival pour cette vingtième édition sonne ainsi comme une évidence.

    Ce programme est projeté :

  • Le 18/01/2020 20:00 Les Amphis

En ouverture de cérémonie, seront jouées les plus grandes musiques de films découpées et remixées par Zajazza, beatmaker et aventurier basé à Lyon. De Mission Impossible à L’Homme Orchestre, en passant par les westerns spaghettis, il réinvente ces musiques à travers l’art du sampling.

 

Sa sélection de courts pour la soirée d’ouverture :

Les courts-métrages :

L’ÎLE JAUNE
Léa Mysius et de Paul Guilhaume - France - Fiction - 29'30
Ena, onze ans, rencontre un jeune pêcheur sur un port. Il lui offre une anguille et lui donne rendez-vous pour le dimanche suivant de l’autre côté de l’étang. Il faut qu’elle y soit.
UNE ROBE D’ÉTÉ
François Ozon - France - Fiction - 15'46
C’est l’été. Sébastien aime Sheila. Lucia aime les garçons. Et Frédéric, lui, veut simplement se faire bronzer.
LES JOURS D’AVANT
Karim Moussaoui - Algérie - Fiction - 47'
Dans une cité du sud d’Alger, au milieu des années quatre-vingt-dix.
 Djaber et Yamina sont voisins, mais ne se connaissent pas. Pour l’un comme pour l’autre, il est si difficile de se rencontrer entre filles et garçons, qu’ils ont presque cessé d’en rêver. En quelques jours pourtant, ce qui n’était jusque-là qu’une violence sourde et lointaine éclate devant eux, modifiant à jamais leurs destins.

 

Et pour ouvrir la cérémonie d’ouverture :

-->