Ouverture : Carte blanche à Yohan Libereau

en présence de l’acteur
en présence de l’acteur

Johan (prononcé Yohan), a grandi dans le 20e arrondissement de Paris ; chaudronnier de formation il fut serveur puis apprenti pâtissier. Le hasard l’amène vers le cinéma. Alors qu’il est dans le train pour rentrer chez ses parents Johan se trouve dans le même wagon qu’une jeune fille en pleurs, il la réconforte et en vient même à lui redonner le sourire. Un agent artistique assiste à la scène et lui propose de passer une audition.

Depuis, en 2005, Antony Cordier le fait jouer dans Douches froides ce qui lui vaut un prix du Meilleur Espoir Masculin, décerné par l’Académie des Lumières ; trois mois plus tard, André Téchiné séduit, lui fait passer une audition pour le rôle principal de son prochain film. C’est ainsi que Libéreau se retrouve dans Les Témoins (2007) face à Emmanuelle Béart et Michel Blanc : il incarne un homosexuel atteint du sida dans la France des années 1980 et obtient pour sa performance le prix du meilleur acteur 2008, décerné par les cinémas MK2. Il joue le neveu de Sandrine Bonnaire dans Un cœur simple, puis figure dans la distribution de Stella pour Sylvie Verheyde, la même année. Prolifique, le jeune acteur est pris de Vertige l’année suivante, dans le thriller d’Abel Ferry.

En 2010, il est à l’affiche de la comédie Blind Test de Georges Buquet avant de renouer avec les rôles de ses débuts dans Belle épine, où aux côtés de la nouvelle génération du cinéma français (Léa Seydoux et Anaïs Demoustier), il interprète un jeune du circuit sauvage de Rungis.
Il partage l’affiche en 2013 au côté de Tahar Rahim, dans Grand Central remarqué au festival de Cannes.

Johan a également joué dans de nombreux courts métrages, un format qu’il affectionne, et pour cette soirée d’ouverture exceptionnelle, il propose au public de découvrir trois films :

Les courts-métrages :

Tu te souviens ?
Virginie Schwartz - France - Fiction - 14’
Léo et Victor sont deux amis, deux frères. Ils se remémorent leurs souvenirs, les évènements qu’ils ont traversés, les choix qu’ils les ont poussés inéluctablement vers ce face à face. Plus qu’un simple échange entre deux amis, le film revient sur une page de notre histoire.
Fatum
Sarah Marx - France - Fiction - 25’
Dans le quartier des Puces de Saint-Ouen, trois amis d’enfance, Julien, Sam et Ismaël, sont unis depuis leur plus jeune âge. Pourtant, un jour, Sam se fait arrêter sous les yeux de ses deux amis et complices qui restent impuissants. Après qu’Ismaël ait persisté dans la délinquance, que Julien soit devenu policier et que Sam soit enfin sorti de prison après cinq ans, le destin les réunit de nouveau. Un drame les avait séparés, un autre les réunira.
Chaque jour est une petite vie
Lou-Brice Léonard, Albane Fioretti - France - Fiction - 27’
Une cité au bord de la Méditerranée. Dans une modeste caravane posée au milieu des tours, vit Rachel entourée de sa petite-fille Stella, son fils Simon, Yazid alias Gino et les gens du quartier. Quatre êtres échoués vivant au jour le jour avec leurs blessures, les liens brisés, et de l’autre côté de la mer : l’Algérie

Une réflexion au sujet de « Ouverture : Carte blanche à Yohan Libereau »

  1. Ping : Du 17 au 25 janvier 2014, festival Un poing c’est court – Journal Cinéphile Lyonnais